+33 7 81 14 82 12

La vie à bord

Osez ! Car le possible n’est en fait qu’un tout petit pas après l’impossible.

Le Rannoch 5 est solide et sûr, et peut supporter des conditions extrêmes. S’il chavire, il se redressera par lui-même.

Le « Rose » possède des équipements électroniques modernes et sa position sera transmise par satellite plusieurs fois par jour. Les rameurs pourront communiquer avec leurs familles, leurs partenaires, ainsi qu’avec les médias. Ils se relaieront par quart de temps.

Un ¼ temps équivaut à 2 h de temps. Ils activeront la rame 12h par jour minimum soit 6/4 temps par tranche de 24h, ce qui correspond pour eux à une progression non stop du bateau. Ni voile, ni moteur, la force des bras sera leur unique carburant.

La vie à bord implique une gestion autonome de l’équipement et de la nourriture pendant toute la traversée. Pas de place pour le confort : L’espace pour dormir est exigu comme indiqué sur le dessin ci-dessus. Pas de douche, pas de sanitaire, pas d’intimité et des possibilités de cuisine très limitées.

Les repas seront lyophilisés. Il s’agit d’un challenge de l’extrême : les skippers seront soumis aux aléas de toute nature durant la traversée. Ils devront résister à des variations de températures de 50°C (de 0°C minimum la nuit à 50°C maximum en plein jour), des vagues de près de 10 m de hauteur, et faire face à une faune marine parfois hostile ainsi qu’au passage d’énormes bateaux dans des conditions climatiques défavorables. Tout au long de la traversée, l’équipage devra faire preuve de camaraderie, de cohésion et de dépassement de soi afin de mettre en commun leurs forces.